Ulysse de James Joyce : Analyse et résumé

En 1922 est publié le chef-d’œuvre de l’écrivain James Joyce, intitulé “Ulysse” (titre original “Ulysses”). Le roman – dont vous trouverez une brève analyse et un résumé ci-dessous – raconte l’histoire d’un homme moderne aux prises avec des problèmes et des vicissitudes quotidiennes, et non le destin d’un héros.

C’est une odyssée qui raconte en détail la réalité de chaque jour, déformant le canon épique de la tradition. Pour raconter le drame de l’Ulysse moderne, l’auteur utilise une perspective réaliste, décrivant en détail le paysage chaotique de Dublin et les mille personnages inspirés de figures qui ont réellement existé.

Ulysse de James Joyce : Analyse

James Joyce utilise la technique du flux de conscience, déjà utilisée par l’écrivain Virginia Woolf, pour donner la parole à ses personnages et à leurs pensées les plus profondes. C’est précisément le flux désordonné des pensées des protagonistes, sautant d’un souvenir ou d’une pensée à l’autre, sans logique, sans respect des règles du temps, qui rend l’intrigue intéressante, mais aussi complexe. Même la ponctuation est soumise au libre chevauchement et à la succession des pensées. Les personnages du roman de James Joyce, comme Stephen Dedalus, ressemblent en quelque sorte à ceux de l’Odyssée d’Homère.

(Stephen Dedalus est également le protagoniste d’une autre œuvre célèbre de Joyce : “Portrait de l’artiste en tant que jeune homme”).

Stephen ressemble à la figure de Télémaque, le fils d’Ulysse ; Leopold Bloom, s’identifie à Ulysse lui-même et sa femme, Molly, nous ramène à la figure de Pénélope. Le lecteur est attiré par les figures et les histoires de tous les personnages, mais il est surtout frappé par la figure de Léopold, un agent publicitaire d’origine juive qui errait dans Dublin, tout comme le légendaire Ulysse errait autour de la Méditerranée. Le lecteur suit ses aventures et aborde cet homme moderne qui vit ses nombreuses errances quotidiennes. On passe ainsi de la figure du héros grec (ancien) : courageux et jamais apprivoisé, à celle du héros moderne, principalement un homme inepte avec son ego fragmenté, confus, faible et non résolu.

Le roman se caractérise par pas moins de dix-huit épisodes divisés en trois sections : la première s’appelle Télémachie, qui traite des aventures de Stephen-Télémaque ; la deuxième section traite des aventures d’Ulysse, c’est-à-dire de Léopold Bloom, et la troisième décrit le retour du personnage principal Bloom, qui retourne à sa vie quotidienne normale, comme Ulysse l’a fait lorsqu’il s’est embarqué sur son Nostos, vers Ithaque. Dans son livre, l’auteur se présente comme un Homère des temps modernes, déformant la structure classique du poème grec. Son héros, Bloom, est en fait un anti-héros ; son parcours dans la vie ne mène ni à une destination ni à un résultat. Son chemin est marqué par des échecs et des défaites continuels. Parmi eux, par exemple, le manque d’harmonie avec le jeune Stephen et la trahison subie par sa femme Molly.

Résumé

Le roman se déroule à Dublin, en Irlande. Il raconte les vicissitudes de trois personnages : Leopold Bloom, sa femme Molly et le jeune Stephen Dedalus (une sorte de fils spirituel de Bloom). Dans les premiers épisodes du roman, les jours de Stephen, un jeune homme de lettres en crise qui est identifié comme le fils spirituel de Leopold Bloom, sont racontés. La vie quotidienne de Stephen est encadrée par celle de Leopold Bloom, un employé qui travaille comme vendeur de publicité. Dans le roman, la journée de Bloom est analysée : son réveil, les rendez-vous plus ou moins agréables de la journée, la participation à l’enterrement d’un ami, sa matinée au bureau et l’évolution de son emploi du temps. Au fil des heures, Bloom rencontre plusieurs personnages, qui deviennent pour l’auteur des descriptions individuelles faisant référence aux personnages classiques de l’Odyssée d’Homère. Les chemins des deux personnages, Leopold et Stephen, se touchent souvent mais n’entrent jamais en contact.

L’après-midi arrive et Bloom reprend ses errances dans Dublin, parmi les magasins, les gens et les monuments, en gardant une démarche imprudente et apathique. D’autre part, Stephen, qui se trouve à la Bibliothèque nationale, entame une discussion animée sur William Shakespeare. Puis les deux se rencontrent enfin lors d’une visite à une amie commune : Mina Purefoy, qui vient de donner naissance. De là, Leopold, Stephen et ses amis partent pour un pub. Après avoir bu, le groupe se rend dans l’un des quartiers tristement célèbres de Dublin pour se rendre dans un bordel, où le jeune Stephen est ivre et commence une bagarre. C’est là que Léopold intervient et tente de défendre l’image et la réputation de son ami, en le convainquant de le suivre chez lui. Ici, les deux hommes entament une longue conversation qui traite des différentes vicissitudes qu’ils ont vécues jusqu’à ce moment.

La fin

Stephen explique à Leopold ses projets littéraires pour l’avenir, le temps passe et Leopold invite Stephen à rester, mais le jeune homme refuse et décide de partir. À ce stade, M. Bloom repense à toute l’évolution de la journée passée et, fatigué, décide d’aller dormir. Il arrive dans la chambre. Le livre se termine avec la femme de Léopold, Molly, qui murmure dans son sommeil les épisodes de sa vie.