Les voyages de Gulliver : analyse et résumé

Les voyages de Gulliver est un roman écrit par Jonathan Swift. Le chef-d’œuvre de l’auteur est connu simplement sous le nom de Gulliver’s Travel of 1726, tandis que l’édition révisée a été publiée en 1735. Son travail combine la fantaisie et la satire, faisant une allégorie de l’Angleterre, de la France du XVIIIe siècle et de l’âme humaine.

Le livre n’est pas seulement une forme de lecture légère et insouciante, qui se situe uniquement dans l’histoire des géants et des nains, mais est une satire contre l’humanité. Ce n’est pas un conte de fées, mais pour un “destin ironique”, le chef-d’œuvre de ce maître a été dégradé d’un texte de satire contre l’humanité, à un classique de la littérature canonique pour enfants.

Analyse

Dans le livre, on constate le mépris de l’auteur pour l’animal humain. Jonathan Swift veut démontrer les contradictions de la civilisation de son temps afin de détruire les fausses valeurs et les préjugés. Dans ce livre, il vise Gulliver, le symbole de l’anglais moyen, l’homme de la rue qui se retrouve déraciné de la vie quotidienne. Cela permet à l’auteur d’extraire de l’imagination le terrible et le monstrueux. Le lecteur s’identifie aux événements et aux vicissitudes du protagoniste.

Chacun des voyages de Gulliver devient un prétexte pour se moquer, de temps en temps, du système judiciaire, des mécanismes du pouvoir ou de la politique guerrière de cette période européenne. L’aventure se déroule dans des régions reculées du monde. Ici, le personnage principal effectue divers voyages dans différentes parties du monde que l’auteur fait passer pour une métaphore afin de faire apparaître la corruption sous son aspect le plus vrai et le plus brut. Le livre est une sorte d’enseignement moral à conserver et à prendre en considération. Dire adieu aux fausses valeurs et aux préjugés pour en acquérir de nouveaux et plus vrais et continus, tel est le magnifique objectif que Swift lui-même espère.

Il y a eu de nombreuses transpositions cinématographiques et télévisuels du chef-d’œuvre de Jonathan Swift. La plus ancienne est celle de Mélies, de la fin du XIXe siècle, pour laquelle le réalisateur utilisait des gros plans comme expédient pour donner l’impression du gigantisme des personnages. Mais ce n’est que récemment que le chef-d’œuvre de Swift a été racheté de l’état de livre pour enfants auquel il avait été relégué depuis les premiers jours de son apparition en Italie. Le langage utilisé par Swift est très précis et détaillé. L’auteur, dans son livre, utilise la parole directe. On y trouve également plusieurs détails sur les voyages du protagoniste avec des descriptions détaillées des différents peuples visités, de leur culture, de leur éducation et de leur mentalité sociale.

L’histoire de Gulliver

Gulliver, ex-médecin devenu capitaine de vaisseau, a fait naufrage et a réussi à nager jusqu’à la côte à cause d’une forte tempête. Il arrive sain et sauf sur la côte du village de Lilliput, mais est fait prisonnier par une race d’hommes de 15 centimètres de haut, habitants des îles de Lilliput et Blefuscu, qui le prennent en otage et le ramènent dans leur village.

Les habitants sont divisés jusqu’au fratricide par une longue et insoluble controverse sur la manière la plus correcte de casser les oeufs. Lilliput est la considération bon enfant de la relativité et de la petitesse des choses humaines qui semblent être si importantes. Gulliver vit à Lilliput pendant un certain temps pour aider l’empereur, vu sa taille, dans ses exploits de guerre, mais grâce à un cas de chance, il parvient à retourner dans sa patrie bien-aimée.

Dans la deuxième partie du roman, Gulliver entreprend un autre voyage qui le mène cette fois à Brobdingnag où l’ampleur de la population est exactement à l’opposé de Lilliput. Les hommes font environ 22 mètres de haut. Après avoir été trouvé par un fermier qui l’utilise comme un véritable monstre, Gulliver est vendu à la famille royale où il reste longtemps.

Mais sa vie ne va pas bien. Le bouffon de la cour, jaloux de la popularité de Gulliver auprès des participants à la vie de la cour, tente de le tuer. Deux gardes du corps sont alors engagés, deux enfants géants pour Gulliver. Heureusement, il est à nouveau capable de quitter le royaume des géants pour retourner dans sa patrie bien-aimée, l’Angleterre.

Le troisième voyage de Gulliver a lieu à Laputa, où son propre roi s’amuse à se moquer de la population du royaume d’en bas, menaçant de couvrir le soleil de Laputa ou même de les écraser. Les habitants du royaume sont considérés comme des fous et sont obsédés par les sciences mathématiques et astronomiques. Mais leur manie de la science ne mène à rien d’autre qu’à la création d’objets sans utilité et sans signification.

L’aventure se contracte pour laisser place à des considérations morales et au constat de la fragilité et de la mesquinerie de l’individu écrasé par la société.

Son génie ne résistera pas à sa science, sa philosophie et son histoire annihilantes. L’auteur démonte tout avec un mépris méthodique et pessimiste : ses aventures à Laputa, l’île volante et les moqueries amères et amusées des “Cerveaux”. Puis quand l’auteur veut frapper la manie de la science, alors très à la mode, il présente l’académie de Lagado régurgitant avec des scientifiques excentriques qui voudraient extraire les rayons du soleil des concombres, ou la nourriture des excréments. L’histoire humaine ne colle pas, elle devient une suite de mensonges : les fantômes connus à Glubbdubodrib et le pays des sorciers le confirment.

Les voyages de Gulliver

La dernière partie du livre “Les voyages de Gulliver” est sombre et dramatique. L’aventure est désormais un prétexte noir à l’exposition amère de sa philosophie pessimiste. Dans le pays des Houyhnhnm, les sages et les nobles chevaux ont développé une méthode de communication sophistiquée, mais ne connaissent pas la signification de mots comme “vrai” et “faux”. Au contraire, leur terre est caractérisée par la présence d’êtres brutaux marchant sur deux jambes au lieu de quatre, les Yahoos, des êtres monstrueux qui sont en fin de compte des hommes. Les Houyhnhnms sont parfaits, leur façon de gouverner est utopique, tandis que dans les Yahoos est rassemblé aussi bestiale et brutale qu’on puisse le penser. Le Conseil suprême des Houyhnhnms bannit Gulliver de leur territoire, qui décide de se construire un bateau pour rentrer en Angleterre.

Le roman “Les voyages de Gulliver” se termine par Gulliver qui, une fois rentré dans son pays, est heureux, revoit sa femme et ses enfants, mais dégoûté par les hommes après les expériences vécues dans ses aventures, il ne supporte plus l’odeur et décide donc de vivre dans l’écurie en contact étroit uniquement avec les chevaux.