L’amant de Lady Chatterley : résumé du roman écrit par David Herbert Lawrence

La vie de Lady Chatterley

“L’amant de Lady Chatterley” est un roman écrit par David Herbert Lawrence dans la seconde moitié des années 1920. Le protagoniste est Constance, surnommée Connie, descendante d’une riche famille, vit à Wragby Hall et est mariée à Clifford Chatterley. Ce dernier est appelé à servir l’armée d’où il revient paralysé et condamné à vivre dans un fauteuil roulant pour le reste de sa vie.

Clifford Chatterley se retire dans le château familial de Wragby avec Constance, qui malgré le destin tragique de son mari, choisit de ne pas renoncer à son amour platonique pour Clifford, et reste heureusement attachée à lui. Elle s’occupe de lui : l’aide, le nettoie, le soutient. Cependant, elle s’ennuie énormément et elle ressent également le besoin d’une relation physique, désormais impossible pour son conjoint, et elle ressent le désir d’avoir un enfant. Sir Clifford Chatterley, son mari, lui permet de se lier et de concevoir avec un autre homme si elle a la possibilité d’élever et d’éduquer l’enfant à naître.

Clifford Chatterley trouve satisfaction à écrire des comédies. Constance le soutient à réaliser et à l’aider à vivre de sa passion. Sir Clifford Chatterley se lie d’amitié avec Michaelis, qui l’introduit dans un environnement artistique. Michaelis, quant à lui, devient l’amant de Connie et tente de la convaincre de divorcer de Clifford et de s’enfuir avec lui. Constance refuse et leur relation se termine au moment où il ne trouve plus d’excitation. La vie de Constance, à ce stade, reprend le chemin de la normalité, jusqu’à ce que la femme commence à se sentir malade physiquement et psychologiquement. Se sentant opprimée, elle décide d’appeler une femme pour l’aider à s’occuper de son mari malgré la réticence de ce dernier qui craint que la relation avec sa femme ne s’effondre.

Au service de Clifford, une veuve arrive et l’introduit Chatterley dans un monde nouveau, l’incite à quitter le spectacle et le rapproche des prolétaires, des ouvriers des mines, de ceux qui l’emploient. Alors que Constance rencontre Mellors, le garde-chasse de Clifford. Mince et séduisant, ils se rencontrent dans sa cabane dans la forêt et qui devient leur nid d’amour. Leur histoire se termine momentanément lorsque Connie est emmenée par sa sœur à Venise pour des vacances régénératrices.

Lors de son voyage en Italie, Constance est informée par son mari, par lettre, de ce qui se passe dans le village. Elle découvre que Mellors est retourné avec sa femme qui découvre que son mari était l’amant de Lady Chatterley. Constance, à son tour, se rend compte à Venise qu’elle est enceinte de Mellors. Elle lui annonce dans une lettre et l’interroge sur la situation avec sa femme. Constance écrit également à Clifford lui expliquant qu’elle est tombée amoureuse d’un homme à Venise et qu’elle n’a pas l’intention de retourner à Wragby Hall.

Sir Clifford Chatterley

En revenant gravement estropié de la Guerre, Sir Clifford Chatterley devient le malheureux mari d’une belle écossaise qui a tout pour elle. Il sacrifie son amour pour elle pour la satisfaire de bien des manières. Mais Constance s’ennuie et commence à avoir des liaisons avec des amants successifs. Le baronnet anglais accepte cette situation car elle reste s’occuper de lui dans son malheur. En se promenant dans la forêt où se trouve le château familial de Sir Clifford Chatterley, Constance rencontre Mellors, le garde-chasse de son mari. Ils entament une relation sensuelle et passionnelle. Durant son voyage à Venise, Constance découvre qu’elle est enceinte de Mellors. Sir Clifford Chatterley apprend rapidement la vérité sur la liaison entre sa femme et son garde-chasse, Mellors. Il renvoie alors ce dernier alors qu’il avait confiance depuis de nombreuses années. Il refuse notamment de divorcer de sa femme, Constance. Mais Mellors fait tout de même savoir à Constance qu’il est prêt et souhaite devenir son mari.

Analyse et historique

Rédigé en Italie en trois versions successives, “L’amant de Lady Chatterley” est accusé, dès sa première apparition, d’être obscène : non seulement à cause des diverses références sexuelles explicites, mais surtout pour la mise en scène d’une histoire d’amour entre un homme appartenant à la classe ouvrière et une femme bourgeoise, par ailleurs mariée à un paraplégique.

Interdit dans toute l’Europe et surtout en Angleterre, “Lady Chatterley’s Lover” met en scène la beauté du plaisir féminin, faisant éclater les préjugés sur la virilité (avec la figure de son mari paraplégique) et ébranlant la sensibilité du lecteur.

Mais la désapprobation des bonnes intentions ne découle pas seulement de la description – bien que détaillée – des amours de Constance, mais elle a trait à un thème social : le protagonisme d’une femme, révolutionnaire malgré elle, qui se sent inadaptée à la vie bourgeoise et qui s’oppose aux conventions nées du pouvoir masculin et de la classe sociale à laquelle elle appartient.

Son existence est vouée au découragement et à l’ennui, du moins jusqu’à ce qu’elle décide de chercher une vie meilleure, plus appropriée pour elle. Sa révolte contre la société, cependant, se matérialise simplement dans une histoire d’amour.