Jane Eyre de Charlotte Brontë

Quelques mots sur Jane Eyre de Charlotte Brontë 

Le Roman célèbre de l’écrivaine anglaise Charlotte Brontë, Jane Eyre a été publié pour la première fois en 1847 sous le pseudonyme de Currel Bell. C’est un roman de formation, c’est-à-dire qu’il raconte toutes les étapes de la vie du per Jane. Elle est également écrite sous forme autobiographique : elle s’adresse directement au lecteur.

L’importance fondamentale du roman réside dans la description des changements de Jane, non seulement d’un point de vue physique mais surtout d’un point de vue psychologique : en tant que jeune fille, nous la trouvons pleine de passion. Le roman est encore très actuel et dans le temps, surtout en raison de l’attention portée à la psychologie et à l’analyse intérieure des personnages, en particulier de Jane: une femme dotée d’un grand courage et de sentiments forts. Le roman a eu beaucoup de succès à l’époque de publication et il est toujours très populaire dans les librairies aujourd’hui. Le roman Jane Eyre de Charlotte Brontë a depuis acquis ses lettres de noblesse, et est devenue un classique de la littérature anglaise.

Résumé

Le roman raconte l’histoire de Jane Eyre, une orpheline élevée par des oncles. Ici, cependant, elle est raillée par ses cousins et maltraitée par sa tante. La seule personne qui l’aime est son oncle, qui meurt prématurément. La tante la confie donc à une sorte de pensionnat, où sont logées toutes les filles sans parents.

Elle est obligée d’aider aux différentes tâchés et de faire de nombreux sacrifices, grandissant vite, faisant face chaque jour à un environnement difficile et surtout à la mort de son meilleur ami, mort de la tuberculose à cause des mauvaises conditions d’hygiène de la structure. Elle y poursuit cependant ses études et parvient également à devenir enseignante.

En tant que femme indépendante, elle a trouvé un emploi à Thornfield Hall, comme gouvernante de la fille de M. Rochester, la petite Adèle.

Jane travaille très bien dans ce climat assez cosy de Thornfield jusqu’à l’arrivée de M. Rochester, un homme arrogant.

Il est immédiatement frappé par la beauté sage de la jeune fille et en tombe progressivement amoureux. Il lui demande sa main, et le mariage se prépare. Mais un secret se cache entre ces murs : l’homme est déjà marié à une certaine Bertha Mason, une femme devenue folle et enfermée dans le château. Jane s’enfuit alors, profondément déçue, et décide d’aller vivre avec un ecclésiastique de St John et ses sœurs. Il lui propose de l’épouser et de partir avec lui en mission en Inde, mais Jane refuse car elle est toujours amoureuse de M. Rochester.

La chute

Elle retourna à Thornfiel Hall et trouva une scène dévastée : le château avait été brûlé par un incendie, à la suite duquel Bertha était morte et où M. Rochester avait perdu la vue. Jane et le maître de maison se marient enfin; vivent ensemble une nouvelle histoire sans aucune ombre et avec un amour renouvelé. Rochester arrive à la fin à retrouver partiellement la vue.

Commentaire et analyse

L’écriture de Brontë est si introspective que l’on semble presque oublier la vie réelle pour se mettre directement dans la peau du protagoniste. Jane est certainement une femme très moderne pour son époque, indépendante et passionnée mais aussi dotée d’une forte intégrité morale. Elle choisi de sacrifier son amour et sa vie pour son intégrité morale. En choisissant de s’enfuir et de ne  pas rester à Thornfield avec Rochester après avoir découvert la vérité sur Bertha, elle réaffirme croire en l’amour et surtout au mariage.

Bertha semble être presque son alter ego : avec un côté bestial qui était censé être réprimé dans la société victorienne mais qui refait surface en perturbant l’équilibre de chacun. Un roman qui a certes un happy end, mais dont le coût élevé peut décevoir un amateur de lecture ou de livre à l’eau de rose.

Les intrigues y sont dévoilés petits à petits, pages par pages et chapitre par chapitre. L’auteur sait tenir en haleine son public au fil de la lecture de l’histoire. Les personnages sont certes attachants, mais sont si réalistes qu’à certains moments on peut les détester. Chaque occasion ratée par Rochester de dire la vérité,  chaque occasion pour la jeune Jane de faire un choix plus facile pour sa vie deviennent des moments intenses. 

Conclusion et avis

Les lettres de noblesse et la classification de littérature classique du livre sont légitimes. Jane Eyre est un roman en avance sur son temps. Prônant l’indépendance de la femme à travers le travail malgré les difficultés auxquelles elle fait face dans sa vie. Gardant les principes de la société (fidélité, pureté avant le mariage, respect du mariage), l’auteur a su mettre une note voire une partition entière sur la lutte féministe dans son roman.  

Charlotte Brontë  et Emily Brontë sont des figures féminines fortes de la littérature anglaises. Les soeurs savent ouvrir une fenêtre sur l’imaginaire tout en respectant la réalité. Elles traitent tout deux d’amour, mais d’un amour réaliste et non piqué à l’eau de rose.

Les soeurs Brontë sont bien connues pour leur capacité à envahir le lecteur et les couver pour leur faire oublier tout sens de  la réalité.  Les livres écrits par la famille sont en général axés sur l’amour. Un amour puissant, inquisiteur, et sauvage tout en étant réfléchie. Avec les personnages aux forts caractères (hommes et femmes).