Les Quatre Morts de Marie, Carole Fréchette

Surprenante, cette pièce de Carole Fréchette. Au premier abord, Les Quatre Morts de Marie plonge le lecteur-spectateur dans un certain malaise. Marie se présente devant nous, comme dans la tradition de ces prologues antiques, et nous annonce ce qui va se passer sous nos yeux. De manière très laconique, elle finit son prologue en disant : « Je vais mourir devant vous. Je m’appelle Marie.Quatre fois. » Tout est dit, on pourrait refermer le livre, quitter la salle mais on ne le fait pas, parce que Carole Fréchette nous a déjà séduits avec son style et son personnage principal. La pièce se présente en quatre tableaux, se finissant chacun par une mort symbolique (et finalement, réelle) de Marie. Ces tableaux correspondent à quatre époques de la vie de ce personnage. Comme l’indique la quatrième de couverture, Marie meurt une fois de chagrin, une fois de révolte, une fois d’absurdité, une fois de solitude. Dès lors, nous voyons déjà que le grave se mêle au léger. Lorsqu’elle meurt d’absurdité, Marie s’étouffe avec des noyaux de cerise. L’insouciance qu’elle incarne est malmenée par l’absurdité d’une ‘ »mort » qui a raison d’elle. Les quatre étapes de la vie de Marie représentent l’enfance, l’adolescence et l’âge adulte incarné dans les deux derniers tableaux. La beauté de l’ensemble vient aussi d’une prose poétique parfaitement maîtrisée (notamment dans les tirades et les monologues) et apte à faire naître chez le spectateur une certaine sympathie pour ce personnage mi-adulte mi-enfant qu’est Marie.

D’abord Marie a onze ans et demi, elle est en retard pour aller à l’école et pose des questions, belles par leur naïveté, à sa mère Simone. Mais au retour de l’école, Simone n’est plus là, elle a laissé une lettre, elle est partie. L’enfant tente de garder sa joie de vivre et n’accepte pas d’entendre son père Théo, revenu après la disparition de Simone, dire qu’il est perdu. Puis, Marie est adolescente et s’en prend au système en se révoltant contre la misère dans le monde. Elle met le feu à un camion, accompagnée de Louis, hurlant et faisant entendre des paroles contestataires : « Pendant que vous marchez, il y a des hommes, couchés dans la boue, qui tremblent dans des pays chauds, il y a des maisons qui brûlent ».

Puis, les révoltes adolescentes passées, Marie vend des chaussures et vit dans une pauvreté misérable qui la pousse à faire manger des petits pois à ses invités en prétendant que ce sont des oeufs de poisson. Et enfin, elle part en mer, elle s’enfuit sur une chaloupe et se retrouve seule face à elle-même. La vie de Marie, ponctuée de ces quatre morts, aura été une quête interminable. Que cherche-t-elle au juste ? On ne saurait le dire précisément mais dans un univers où les personnages sont seuls et indifférents au sort des autres, toute quête s’avère vaine. L’histoire de Marie, c’est l’histoire d’une femme qui veut essayer toujours et encore d’atteindre un idéal qui pourtant lui échappe. Mais ce qui subsiste, c’est tout de même une joie d’être en vie, une lubie d’enfant, celle qui lui fait dire à onze ans et demi lorsqu’elle passe sous un arbre, qu’elle est immortelle. C’est là la beauté de Marie et c’est là ce qui nous bouleverse.

Quelques citations

« Marie : Je m’appelle Marie,
je vais mourir devant vous.
Je vous en prie,
regardez-moi.
Regardez mes mains, mon ventre, mon cou,
mon dos, pendant que je ne vous vois pas.
Regardez mes épaules qui tremblent quand je n’y crois plus,
ma poitrine qui se soulève quand je m’emporte.
Regardez les plis de ma peau,
en dessous de ma peau,
mes os,
l’inclinaison de ma tête,
les mouvements de ma bouche,
mes petits gestes secrets,
le blanc de mes yeux. »

« Marie : Ca y est. Ils me voient plus. Pas même un point minuscule sur la ligne d’horizon. Ils restent encore un peu, sans trop savoir pourquoi, puis ils rentrent chez eux. En marchant, ils repensent à tout ça, la course jusqu’à la mer, l’affolement, les cris, et ils se disent finalement : « Elle l’aura voulue, la mort, elle l’a cherchée. » Non. Vous vous trompez. Il y en a, c’est vrai, qui avancent lentement dans l’eau avec des roches dans leurs poches, d’autres qui se penchent au-dessus de leur chaloupe et se laissent tomber, et ça fait un bruit lugubre, un bruit de cadavre qu’on balance par-dessus bord avant que la police arrive. On peut faire ces choses-là, c’est certain, si on pense qu’il y a rien, plus rien… Moi, si je me penche, c’est pour regarder, pour essayer de voir mon image, au moins une forme, un contour, le contour de mon souffre… Ils rentrent chez eux, ils disent à leurs frères, à leurs amis : « Elle s’appelait Marie. C’était une femme étrange, une femme qui voulait mourir. » Non. Vous vous trompez. »

Bio rapide et liens

Carole Fréchette, née en 1949, est une dramaturge québécoise contemporaine reconnue dans le monde du théâtre.

Ses pièces les plus célèbres sont Jean et Béatrice, Les Quatre Morts de Marie et Le Collier d’Hélène. En 2014, elle est l’artiste associée au Théâtre du Peuple de Bussang.