Une liste non exhaustive de romans dystopiques pour se faire une idée de ce que pourrait être l’avenir de l’humanité

 Les romans dystopiques sont un sous-genre de la littérature de science-fiction. En général, ces romans montrent une société future tombant dans une situation déplorable ou dictatoriale pour diverses raisons. En substance, il présente un monde de cauchemars et d’oppression, dans lequel les personnages doivent survivre du mieux qu’ils peuvent, en l’acceptant ou en le transgressant. C’est donc le genre opposé aux contes utopiques. Les sociétés dystopiques présentées sont à l’autre bout des sociétés idéales, où règnent la paix et l’harmonie.

Quel est le but des romans dystopiques ?

Le but des romans dystopiques est d’inviter le lecteur à réfléchir sur l’état actuel de la société occidentale. Sur les comportements destructeurs et autodestructeurs et leurs conséquences. Ce sont des outils qui permettent d’attirer l’attention des lecteurs sur ce que pourrait devenir l’humanité occidentale si on ne leur accorde pas l’attention nécessaire. Les débuts des romans despotiques remontent à la fin du XIXe siècle. Cependant, les classiques les plus connus ont vu le jour au milieu du XXe siècle. De tous les romans dystopiques, 1984 est sans doute le plus représentatif de ce sous-genre littéraire. En effet, son intrigue présente toutes les caractéristiques qui la définissent : totalitarisme, persécution des différents, conflits de guerre, fanatisme, etc. Orwell l’a écrit en 1949, en imaginant ce qui aurait pu être accessible dans l’année 1984, encore lointaine. Dans l’ouvrage, l’auteur imagine une société constamment contrôlée. Sa tâche consiste à réécrire l’histoire pour qu’elle corresponde aux int’érêts politiques de Big Brother. Et il le fait en éliminant des documents, en changeant les titres ou en modifiant les résultats des enquêtes et des études statiques, parmi de nombreuses atrocités. Le roman a été un succès et est toujours lu aujourd’hui. Beaucoup de gens pensent qu’Orwell a prédit de nombreux événements qui se produisent dans le monde aujourd’hui, comme la manipulation des médias, le contrôle des masses et la répression sociale de certains gouvernements.

Le Nouveau Monde

Dans ce roman dystopique, la société occidentale est à son maximum de développement. Tout le monde est heureux, les guerres et la pauvreté ont été éradiquées, et l’humanité est même en bonne santé et a progressé d’un point de vue technologique. C’est presque une utopie, sauf que pour atteindre le bonheur, chacun a dû renoncer à beaucoup de choses : la famille, la science, la littérature, la religion, la philosophie. L’auteur a anticipé l’évolution des techniques de reproduction de notre époque, en la portant à l’extrême. Tous les nouveau-nés ont été fécondés in vitro et leur rôle dans la société à l’âge adulte est génétiquement déterminé. De plus, ils sont tous drogués avec une pilule qui leur donne un semblant de bonheur et un optimisme absolu.

Le conte de la servante

Ce roman suit le même ton que les précédents, mais en ajoutant une critique sociale au traitement injuste des femmes. Après une attaque contre la Maison Blanche, un gouvernement théocratique et puritain est mis en place, qui restreint les libertés et les droits sociaux afin de réduire la violence et d’assurer la reproduction humaine. Tout cela parce que, pour des raisons inconnues, l’indice de fécondité mondial a chuté de façon exponentielle, ce qui fait que seul un très faible pourcentage de femmes ont des enfants. Les femmes sont sous-estimées et classées en fonction de leur utilité. Les épouses sont responsables du ménage, avec les commandants. Mars s’occupe des tâches ménagères. Les servantes sont les femmes fertiles, considérées comme importantes pour leur capacité de reproduction. Les tantes sont chargées de prendre soin des bonnes et de les instruire. L’histoire de ce roman suit la vie d’Offred en tant que servante dans cette société dystopique. Une vie pleine de harcèlement et d’injustice envers les femmes.

Fahrenheit 451

Un des romans les plus célèbres du prolifique Ray Bradburry dans lequel il présente une société dans laquelle la lecture de toute sorte est censurée. Et ce afin de maintenir les habitants dans l’ignorance, afin que le gouvernement puisse les contrôler plus facilement. Pour cela, il existe une équipe de pompiers dont le but n’est pas d’éteindre les incendies, mais de brûler les livres. Le titre du livre fait référence à la température en degrés Fahrenheit à laquelle le papier brûle. Le gouvernement ordonne de brûler tous les livres existants et arrête les lecteurs, car la lecture est une cause d’inégalité sociale, d’angoisse et de malheur. L’histoire met en scène un de ces pompiers. Au lieu d’utiliser des tuyaux d’eau, il est équipé d’un lance-flammes pour brûler tout ce qui pourrait encourager une pensée critique. Une combinaison de facteurs et d’événements fait que ce pompier se demande s’il est vraiment heureux. Cela l’amène à vouloir lire un livre et à découvrir ce qui est juste selon le gouvernement.

The Road : le plus récent des romans dystopiques

C’est l’un des romans dystopiques les plus récents et il présente un scénario post-apocalyptique. En raison d’une catastrophe non identifiée, peut-être une guerre nucléaire, les États-Unis restent isolés et improductifs. C’est précisément pour cette raison qu’il n’y a ni lois ni institutions sociales et que les quelques survivants ont à peine de quoi manger. Un contexte terrifiant, sombre et déprimant. L’histoire suit le voyage d’un père et de son fils à travers le paysage détruit à la recherche d’un but pour vivre. Au cours de leur voyage, ils rencontrent d’autres survivants, dont beaucoup sont des saprophages et des cannibales. Le père est également malade, il doit donc apprendre à son fils comment survivre par lui-même. Le scénario présenté par ce roman laisse le lecteur avec une profonde angoisse sur l’avenir.