Passage vers l’Inde: roman écrit par Edward Morgan Forster

Passage en Inde, de l’écrivain Edward Morgan Forster, a été publié pour la première fois au Royaume-Uni en 1924. Il est considéré comme l’un des romans les plus significatifs de l’auteur, qui doit son influence au courant littéraire de l’époque, appelé “modernisme” et inspiré par la technique du “courant de la conscience”. 

Histoire vécue

Passage en Inde, raconte l’histoire vécue par les protagonistes dans l’Inde coloniale britannique. Soulignant les différentes différences culturelles, sociales et de pensée entre les Indiens et les Britanniques, l’auteur ne se soucie pas de préciser s’il veut dénoncer l’attitude dominante du monde colonial de l’Empire britannique ou s’il veut simplement mettre en avant une considération privée au sein de ses propres idées et croyances. Cependant, le roman d’Edward Morgan Forster est fascinant, mystérieux et intrigant pour tous ceux qui veulent se rapprocher du courant littéraire de cette époque, le “modernisme”, à travers l’une de ses œuvres littéraires les plus emblématiques. 

Mérite 

Le roman a remporté le prix James Tait Black Memorial, l’un des prix de fiction les plus anciens et les plus prestigieux de Grande-Bretagne. Une lecture rapide du roman, dans la langue originale, serait recommandée à ceux qui ont une connaissance de l’anglais pour mieux comprendre la fluidité narrative exercée par l’auteur. Le thème dominant du roman est certainement la diversité sociale et culturelle entre les Britanniques colonisateurs et les Indiens colonisés qui passent leur vie, chacun dans son propre monde, enfermé dans ses propres espaces et cultures. Le roman s’intéresse principalement aux malentendus dans la coexistence entre les deux peuples, les colons anglais et la population indienne, au début des années vingt. Edward Morgan Forster, n’épargne pas l’analyse et la critique, ni aux Britanniques ni aux Indiens décrivant, en observateur désabusé, toute la mesquinerie et l’absurdité de la race humaine. 

Qui sont ces protagonistes ?

Le roman s’ouvre sur l’arrivée de deux dames anglaises dans la ville indienne de Chandrapore. Les deux protagonistes sont Mme Moore, une vieille dame qui rend visite à son fils magistrat Ronny et la jeune Adela Quested, la fiancée de son fils. Grâce à la chaleur humaine de Mme Moore et au caractère franc et sans scrupules d’Adela, les relations difficiles entre les occupants anglais et indiens, mises en évidence par les deux dans la société de la ville, semblent prendre une autre tournure et s’améliorer. Au fil de l’histoire, deux personnages très importants apparaissent : le médecin Dr Aziz et le professeur d’anglais Cyril Fielding, deux personnes liées par une profonde amitié, qui croient en la coexistence pacifique et respectueuse entre les deux peuples différents. Aziz va approcher Mlle Adela et Mme Moore, les invitant, lors d’une réunion chez M. Fielding, à participer à un voyage. Rien que pendant ce voyage, d’abord en train, puis à dos d’éléphant, vers les grottes des montagnes de Marabar, l’équilibre né dans le groupe se brise en raison d’un accident et de malentendus ultérieurs. Lors de la visite du site, Adèle se détache du groupe et, laissée seule dans une grotte, a l’impression qu’Aziz tente de l’attaquer dans le noir ; elle parvient cependant à s’échapper en laissant tomber le télescope qu’elle portait avec elle. Aziz, qui avait perdu de vue la jeune femme, part à sa recherche et trouve le télescope qu’elle portait. Ce sera la preuve présumée de sa culpabilité devant la police d’abord et devant le juge ensuite, qui l’accusera de tentative de harcèlement. Aziz est arrêté. Mme Moore n’est pas présente au procès et, indignée par l’accusation qu’elle estime totalement injuste, décide de partir pour son Angleterre mais ne la reverra jamais, car elle mourra au cours de ce long voyage. Le procès prend une tournure qui dépasse le fait lui-même et devient un enjeu politique et social, presque une petite guerre entre Anglais et Indiens où, bien sûr, chacun se verra de son côté, défendant son compatriote. Adela, cependant, au point culminant du procès, devant le juge, rétracte sa première version, prétendant n’avoir été victime que d’une hallucination, explique qu’elle a probablement imaginé que le malheureux événement s’était produit, se montrant visiblement confuse. Aziz est alors libéré de prison et Ronny décide de rompre les fiançailles avec Adela qui, compte tenu de la situation insoutenable, décide de rentrer chez elle, en Angleterre. À ce stade du roman, la relation entre les protagonistes indiens et anglais s’épuise et se brise brusquement, même entre les deux protagonistes, Fielding et Aziz, alors qu’ils étaient liés depuis longtemps par une forte amitié. Aziz croit que Fielding l’a trahi et trompé à cause d’affaires concernant une somme d’argent considérable et parce qu’il croit qu’il lui a caché une relation secrète entre lui et Mlle Adela. Ce n’est qu’à la fin que tous les malentendus et les malentendus se révéleront, mais à ce jour, l’amitié entre les deux a subi une fissure irrémédiable, profonde et significative. Aziz comprend que la possibilité de construire un monde de coexistence, sans discrimination, ne peut être qu’un idéal, peut-être utopique, et que la réalité est loin de ce que son rêve avait toujours espéré. Il comprend donc que pour l’instant une cohabitation respectueuse et digne de confiance entre Indiens et Anglais n’est qu’un rêve, pour l’instant irréalisable. 

Qui est Edward Morgan Forster  ?

E. M. Forster, officiellement Edward Morgan Forster, né le 1er janvier 1879 à Londres et mort le 7 juin 1970 à 91 ans à Coventry, est un romancier, nouvelliste et essayiste britannique. Il est le fils d’Edward Morgan Forster, architecte, et de son épouse, née Alice ou « Lily ». Son grand-père paternel, le révérend Charles Forster, était recteur de la paroisse anglicane de Stisted à Braintree dans l’Essex et spécialiste des langues sémitiques. Son baptême qui tient lieu d’enregistrement d’état civil est marqué par un incident : alors que ses parents ont choisi pour premier nom de baptême « Henry », il reçoit par erreur celui de son père, « Edward ». Son père meurt jeune de la tuberculose. Edward Morgan fait ses études secondaires à Tonbridge, une école privée dans le Kent, dont il a gardé un mauvais souvenir, puis au King’s College de l’université de Cambridge, où il trouve plus de compréhension et de liberté. À partir de 1901, il fait partie des Cambridge Apostles, connus aussi sous le nom de Cambridge Conversazione Society, dont nombre de membres ont ensuite fait partie du groupe de Bloomsbury. Durant cette période, Forster est également en relation avec Siegfried Sassoon, J. R. Ackerley, et Forrest Reid ; il voyage en Égypte, en Allemagne et aux Indes avec l’humaniste G.L. Dickinson en 1914. Après ses études universitaires, Forster voyage en Europe en compagnie de sa mère avec qui il a vécu jusqu’à la mort de celle-ci en 1945. Il publie son premier roman à 26 ans ; ses livres sont appréciés des critiques, et il connaît le succès avec Howards End. Travaillant pour la Croix-Rouge en Égypte durant l’hiver 1916-1917, il tombe amoureux d’un jeune Égyptien de 17 ans, Mohammed el-Adl, mort prématurément en 1922. Après un second séjour aux Indes dans les années 1920, il écrit son roman le plus célèbre qui étudie les rapports entre Occidentaux et Indiens, La Route des Indes. Dans les années 1930 et 1940, il devient une figure populaire de la radio par ses interventions à la BBC. Après la mort de sa mère, Forster est élu membre honoraire du King’s College en janvier 19462,3 où il accepte un poste honorifique et où il passe le reste de sa vie, sans produire de nouvelles œuvres notables. Il refuse d’être fait chevalier en 1949, mais il devient Compagnon d’honneur en 1953 et titulaire de l’ordre du Mérite en 1969. Il meurt un an plus tard d’un accident vasculaire cérébral, le 7 juin 1970 à l’âge de 91 ans, chez Buckingham à Coventry. La publication de Maurice et de ses nouvelles explicitement homosexuelles a été source de controverses après sa mort.