L’évolution du journalisme ces derniers siècles

Au début du XXe siècle, les perspectives de progrès civil, social et économique se sont ouvertes pour l’Italie. Cependant, le journalisme et l’édition journalistique sont encore fragiles. Par conséquent, certains changements sont nécessaires pour le développement éditorial d’un journalisme.

Evolution journaliste: le contexte historique.

Le niveau de vie dans les régions les plus développées du pays est élevé comme en Paris. Le réseau ferroviaire est en cours d’extension et le service postal est en cours d’amélioration. La circulation de l’information est accélérée par l’utilisation du télégraphe. Entre 1902 et 1903, les lignes téléphoniques interurbaines Milan – Rome et Milan – Paris sont mises en service.

En 1901, 48,7 % des Italiens étaient encore analphabètes. Sous la direction de Giolitti, ils sont entrés dans une condition de plus grande liberté, même si le droit de vote est reconnu à un nombre limité de citoyens ; il faudra attendre 1913 pour étendre le suffrage à toute la population masculine adulte.Mais dans l’ensemble, la communication par radio est faible, pas d’internet et pas de web.

L’évolution journalisme: le journalisme au début du XXe siècle.

Il Secolo”, “Il Corriere” et le “Tribuna” au début du XXe siècle sont les seuls journaux qui tirent environ 100 000 exemplaires. La presse, en 1906, est remplacée par la Linotype : quatre-vingt-dix sont installées principalement à Milan. À Palerme, en 1900, le journal “L’Ora” est lancé, financé par le propriétaire Florio.

Au début du siècle, la physionomie, la structure et le métier du journal ont changé : il est passé au grand format avec une page divisée en cinq colonnes avec une foliation de six pages et, déjà en 1906, certains journaux “Il Corriere” en tête ont commencé à sortir avec huit pages, quelques fois par semaine.

Le journal est divisé par thèmes avec des titres ad hoc : la chronique de la ville, celle de la justice, à laquelle beaucoup d’espace est attribué, les nouvelles théâtrales, “les très récentes”.

Le roman annexe reste, mais n’apparaît plus en première page. Les nouvelles sportives sont plutôt occasionnelles et succinctes.

Le lundi ne sort pas dans les journaux du matin. La première page ne devient pas la page vitrine que Dario Papa avait essayé d’importer de New York : à la une se trouvent en effet l’information politiques, l’information culturelle et les correspondances d’un envoyé.

L’évolution journalisme : le journal collectif et les rôles.

Le journal collectif est né, avec pour conséquence la division du métier  dans les rédactions. Le rédacteur en chef est le poste hiérarchique le plus élevé dans le journalisme suivi par le rédacteur en chef, qui est son factotum pour la réalisation du métier du journalisme. Les envoyés spéciaux, les reporters et les critiques de théâtre et littéraires sont mis en valeur sur le travail des journalismes.

Le journaliste Stefani continue d’être la seule agence de presse nationale et fonctionne toujours dans des conditions rétrogrades. Pour l’information en provenance de l’étranger, elle a un accord avec le journaliste Wolff, qui est à son tour relié à Reuters. Contrairement aux journaux étrangers, tels que les journaux français, anglais et américains, où la différence entre les journaux de qualité et les journaux populaires est évidente, en Italie, les journaux choisissent la formule “pour tous”, tandis que les hebdomadaires d’information et les magazines de variétés opèrent sur la voie de la diversité publique.

Elle accroît la diffusion des presses médias et écrites: la presse média et écrite féminine, de la presse média enfantine et de la presse média pour enfants. Alors que la presse média sportive n’en est qu’à ses débuts. Les premiers hebdomadaires sont consacrés au cyclisme.

C’est en 1896 que “La Gazzetta dello Sport” a été fondée par la maison d’édition Sonzogno, mais ce n’est qu’en 1919 qu’elle a été transformée en un quotidien. En 1908, la Fédération nationale de la presse italienne est née.

L’évolution journalisme: Au début du XXe siècle.

En 1900 et 1901 commence une extraordinaire saison de média et de journalisme d’opinion et d’information grâce à des célèbres certaines journalistes. Le journaliste Luigi Albertini, à la tête du “Corriere”, le journaliste Alfredo Frassati à la “Stampa” et le journaliste  Alberto Bergamini au “Corriere d’Italia”.

Le journaliste Albertini est lié à la droite historique, il sera toujours contre Giolitti et ses méthodes de métier et ses idées. D’un point de vue journalistiques, il s’est inspiré du journalisme anglais, en prenant pour modèle le “Times”. Au Corriere, en quelques années seulement, il dispose d’un réseau dense de correspondants dans les capitales européennes, parmi lesquels celui qui a été mis au jour pendant la guerre russo-japonaise est Luigi Barzini.

Le “Corriere” parvient à devenir en peu de temps le journal le plus riche et le plus précis du pays. En terme d’information, ses journalistes changent sa mise en page, qui devient plus vivante car la division de la page en six colonnes oblige à introduire certains titres, même si la mise en page reste sensiblement austère. Lorsque d’autres journalistes dans divers journaux commencent à publier des photographies, “Il Corriere” n’en publie pas plus de deux par numéro, s’ouvrant plutôt à de nouveaux sujets et informations, comme l’aviation et le sport.

Ce n’est qu’en 1900 qu’Albertini peut ordonner à Romussi (Siècle) de retirer des affiches et des posters les mots “le journal le plus populaire d’Italie”. Après une course-poursuite qui a duré près de trente ans, il dépasse.

Une autre figure marquante du journalisme de l’époque giolittienne est le journaliste Alfredo Frassati, le créateur de la métier de “La Stampa”. Contrairement à Albertini, il soutient Giolitti et différents sont la matrice culturelle et professionnelle. Le journaliste Frassati avait passé trois ans en Allemagne, ses modèles sont donc certains journaux allemands comme le “Frankfurter Zeitung”.

L’évolution journalisme: la troisième page.

Le journaliste Alberto Bergamini, le troisième homme important de ce début de XXe siècle à la tête du “Giornale d’Italia”, est responsable de la création de la troisième page. Bergamini a fait de son métier notamment de son journal une feuille de papier vivante, présentant certaines des intentions “américanisantes” de Dario Papa : l’information et les articles les plus intéressants en première page, des reportages de l’étranger mais aussi une riche chronique de la ville.

Le premier exemplaire de la troisième page de la journalisme est considéré comme celui publié le 10 décembre 1901, dans lequel le journaliste Bergamini réunit quatre articles critiques et d’information consacrés à la première représentation de “Francesca da Rimini” de Gabriele D’Annunzio.