Le romantisme et la poésie dans la littérature italienne

Le terme « romantisme italien » désigne la pensée et les œuvres d’un certain nombre d’auteurs actifs en Italie dans la période comprise entre le Congrès de Vienne et l’unification de l’Italie. Ce mouvement est né en pleine continuité avec le romantisme européen, exaltant notamment ses caractéristiques patriotiques et politiques. Le courant romantisme littérature italienne européen a été une réaction à la poésie aride des Lumières pour proposer un retour aux valeurs religieuses, sentimentales et patriotiques.

Le romantisme, en effet, s’est répandu dans toute l’Europe dès le début du XIXe siècle et a proposé la récupération du passé médiéval et de l’identité linguistique et culturelle des peuples. Le terme Romantisme dérive précisément de l’adjectif romance et roman qui, dans le français et l’espagnol anciens, désignait les œuvres écrites dans les langues romanes. L’adjectif Romantisme a alors pris le sens de « enclin à la sentimentalité », précisément en le reliant au mouvement qui est né dans la première moitié du XIXe siècle.

Le romantisme italien a été un moment littéraire fondamental pour l’histoire culturelle du pays. Il a donné des aperçus importants à deux grands auteurs de littérature comme Leopardi et Manzoni et a contribué à la naissance d’une idéologie politique basée sur la conscience d’appartenir à un seul peuple.

Le romantisme en Italie

Les principales caractéristiques du romantisme européen se répandent également en Italie, mais de manière plus voilée, comme cela s’est produit pour presque tous les mouvements littéraires. En Italie, en effet, l’élan sentimental des grands romanciers allemands et anglais a été définitivement atténué. C’est parce que les écrivains qui ont abordé le romantisme français ou romantisme italien ont choisi sa veine réaliste et historique.

Certains littérateurs italiens peuvent donc se dire préromantiques. Une figure à retenir est celle d’Ugo Foscolo, certainement apparentée à ce mouvement. Parmi les écrivains préromantiques, il y a aussi Vittorio Alfieri. Ses œuvres sont basées sur certains éléments romantisme littérature italienne tels que l’individualisme et la conception tragique de l’existence.

La naissance du romantisme italien

La date conventionnelle de la naissance du romantisme italien est 1816. En janvier de cette année, en effet, la revue « Biblioteca italiana » a été fondée où est paru l’article de Madame de Staël « Sur la manière et l’utilité des traductions ».

L’écriture a lancé la discussion entre les partisans du romantisme et ceux du classicisme. La publication de cet article a déclenché la controverse entre les écrivains italiens classiques et romantiques. Cette controverse a duré jusqu’en 1825.

En Italie, le classicisme est une réalité très présente car l’étude des auteurs classiques n’est jamais tombée en désuétude. Au contraire, il s’agissait d’un pilier du point de vue culturel. Lorsque la vague du romantisme a commencé à se répandre dans les milieux littéraires, une grande confusion s’est créée.

Du classicisme au romantisme dans la littérature italienne

Madame de Staël, dans son article qui a ouvert la voie à toutes les autres controverses, a déclaré que la littérature italienne ne devrait pas seulement se pencher sur les modèles du passé, mais qu’elle devrait également être rajeunie et orientée vers les nouveaux modèles littéraires européens contemporains.

Les poètes ne sont pas sortis des mots ou de la diction des classiques : et l’Italie, cependant, en entendant sur les rives du Tibre et de l’Arno et du Sébeto et de l’Adige le récit des Romains, avait des écrivains estimés proches du style de Virgile et d’Horace […] dont, cependant, si la renommée n’est pas éteinte aujourd’hui, les œuvres sont abandonnées, ce qui ne peut être lu que par des savants très érudits : tant la gloire fondée sur l’imitation est faible. Et ces poètes à la latinité renouvelée ont été refaits italiens par leurs concitoyens : parce que c’est l’œuvre de la nature que le conte de fées, qui est un compagnon et une partie continue de notre vie, est placé devant celui qui donne des livres que l’on apprend, et que l’on ne trouve que dans les livres. (Madame de Staël)

Malgré les controverses des Classicistes, de nombreux écrivains ont accepté la critique de Staël et ont essayé de comprendre le phénomène romantisme littérature italienne afin de l’intérioriser. Parmi eux se trouve Giovanni Berchet, auteur du manifeste du romantisme milanais ou du romantisme francais, Lettera semiseria di Grisostomo al suo figliuolo.

La controverse a donc également pris des caractéristiques politiques. Les classicistes ont soutenu la domination autrichienne tandis que les romantiques ont professé les idéaux de liberté et d’indépendance de la nation.

Romantisme et poésie italienne

Quant à la poésie, la tradition classique a été rejetée. Un plus grand besoin de vérité a également été exprimé, sans utiliser trop d’artifices rhétoriques. Il y a aussi eu un retour à la poésie dialectale. Les auteurs importants de cette période sont le Romain Giuseppe Gioachino Belli et le Milanais Carlo Porta.

Comment ne pas mentionner la sensibilité romantique de Giacomo Leopardi et Alessandro Manzoni. Le premier n’était pas un vrai romantique, mais sa poésie lyrique et intime était certainement très proche des thèmes du romantisme européen ou romantisme français. Avec ses paroles, Leopardi a exprimé précisément les conflits de l’âme, la tendance à l’infini, le rapport difficile avec la réalité et le pessimisme. Manzoni, en revanche, avec sa poétique, a adhéré de façon convaincante au nouveau modèle littéraire. Dans ses œuvres, on peut noter sa religiosité catholique et surtout son historicisme. Toutes ses œuvres, outre son chef-d’œuvre Le Fiancé, sont plongées dans le contexte historique pour exprimer son désir profond : donner à l’Italie une langue nationale. Pour plus d’informations, lisez Manzoni et la question de la langue.

Un autre représentant du romantisme littérature italienne italien dont il faut se souvenir est Francesco de Sanctis. Il est l’auteur de l’Histoire de la littérature italienne, publiée en deux volumes entre 1870 et 1871. Critique littéraire et historique, il a voulu se consacrer à l’écriture de cette œuvre précisément pour former l’identité littéraire et civile des Italiens. Elle comprend tous les auteurs les plus importants de notre tradition.