Le journalisme pendant l’unification de l’Italie

Le 17 mars 1861, le Royaume d’Italie est solennellement proclamé à Turin. La proclamation d’une Italie unie est suivie de la mort de Cavour (6 juin 1861). Pendant la période d’unification nationale, entre 1859 et 1870, l’Italie était essentiellement un pays agricole, avec une disparité importante entre l’agriculture de la Padanie et celle des autres régions. En fait, l’industrie italienne est encore faible et limitée à la Lombardie et au Piémont. Les différences sociales sont énormes et le mécontentement est généralisé dans les classes pauvres. Progressivement, l’analphabétisme diminue également grâce à la diffusion du journalisme. Découvrez l’histoire de l’évolution du journalisme en Italie pendant son unification.

Le décret dans la presse

Dans toute la péninsule, les principes libéraux inscrits dans le Statut Albertin et l’Edit sont diffusés dans la presse ; cela alimente la lutte politique et sert à produire la création de nouveaux journaux. Quatre journaux dominent la scène à Milan : “La Gazzetta di Milano”, “La Lombardia”, “Il Pungolo” et “La Perseveranza”. “Il Pungolo” de Leone Fortis est celui qui a le plus de succès : il élargit le format et enrichit son contenu, réussissant à rendre le journal très populaire, à tel point que pendant dix ans à Milan, le vendeur de journaux est appelé le “pungolista”. “La Gazzetta di Milano” est dirigée par Sonzogno et connaît un grand succès grâce à quelques événements documentés sur les intrigues liées à la construction de la Piazza Duomo et de la galerie, un premier événement qui provoque la chute du maire et du conseil municipal.

La scène journalistique turinoise devient terne et est destinée à s’aggraver avec le transfert de la capitale à Florence. Un choix, celui de Florence comme siège du gouvernement et du parlement, qui favorise l’essor du journal “La Nazione” de Bettino Ricasoli. Au total, onze journaux politiques sont publiés à Florence pendant cette période. À Naples, “Il Roma” est né et à Palerme, en 1860, “Il Giornale di Sicilia” est né – immédiatement après l’arrivée des chemises rouges. Ce journal a marqué le début de l’activité éditoriale de la famille Ardizzone, qui le possède encore aujourd’hui. Pendant son séjour à Rome, “L’Osservatore Romano”, encore aujourd’hui la voix officielle du Saint-Siège, continue de circuler. C’est une période qui voit la primauté absolue du “Petit Journal” en France, notamment à Paris.

Les imprimeries italiennes équipées de machines d’impression modernes sont rares, contrairement à d’autres pays où elles sont déjà en activité. Les systèmes de transport et de vente sont également en retard. Les deux premiers kiosques à journaux italiens ont été ouverts à Milan en 1861. L’agence Stefani est encore une entreprise modeste, tandis que d’autres agences comme Havas, Reuters et Wolff ont établi des liens pour échanger des nouvelles par télégraphe.

Le journalisme et l’évolution de la presse

Le journalisme politico-artisan a vu la scène changer dans la seconde moitié des années 1960 à Milan, grâce à un cercle d’imprimeurs et d’éditeurs italiens de premier plan. Ce sont les Sonzogno et les Treves, qui ont lancé divers périodiques illustrés. Les Sonzogno ont publié “L’Illustrazione Universale”, “Lo spirito folletto”, les Treves “Giro del mondo”, le “Museo di famiglia” et d’autres périodiques. Grâce à Edoardo Sonzogno, le premier quotidien moderne en Italie est né. Il s’agit du journal “Secolo”, publié à Milan en 1866, qui coûte 5 centimes et comporte quatre pages divisées en cinq colonnes, et qui est riche et actuel en informations. Pendant la troisième guerre d’indépendance, “Il Secolo”, un partisan de la gauche, a suivi tous les événements de la guerre dans les délais impartis. C’est en 1870 qu’est né le premier concessionnaire publicitaire italien : l’idée d’Attilio Manzoni était de créer un lien entre les journaux et les annonceurs, mais le véritable coup de génie a été l’invention des nécrologies. La dernière colonne de la troisième page est en fait consacrée aux avis d’obsèques.

Avec la Breccia di Porta Pia, à Rome, en 1870, les troupes italiennes du général Raffaele Cadorna entrent dans la ville, qui devient la capitale du Royaume d’Italie : c’est un épisode important de l’histoire qui est raconté au lendemain de la Breccia dans le premier numéro de “La Capitale” de Raffaele Sonzogno. En bref, malgré les nombreuses nouveautés dans le monde du journalisme apportées par l’unification nationale, la circulation des journaux est encore limitée. Une scène destinée à changer avec l’avènement de la gauche au pouvoir, qui se produit en 1876.

C’est à Milan, à cette époque, qu’est né “Il Corriere della Sera”, un journal de l’après-midi dirigé par Torelli. C’est un quotidien modéré, par lequel Torelli veut créer la version de droite du “Siècle”. Il se trouve que treize jours après sa naissance, la révolution parlementaire renverse la droite et le gouvernement dirigé par le Depretis monte à gauche, de sorte que le “Corriere” se retrouve automatiquement dans l’opposition et risque de fermer plusieurs fois au cours des cinq premières années de sa vie. En attendant, “Il Secolo” continue sa diffusion et le vendeur de journaux, désormais, dans la ville prend le nom de “secolista”. En 1882, “Il Corriere” sort de sa condition précaire et commence à publier des numéros de six pages.

La décennie 1880

Dans les années 80, à côté du “Secolo” et du “Corriere”, plusieurs journaux à forte empreinte politique sont nés. En 1885, le “Corriere” connaît un tournant : Crespi s’associe à Torelli et les 100 000 dollars versés par le nouveau partenaire sont utilisés pour construire un nouveau siège avec deux presses et pour publier le journal en trois éditions, le matin, l’après-midi et le soir. Néanmoins, “Il Secolo” est toujours en tête. Même les gazettes ont évolué : à Turin, “La Gazzetta del Popolo” a été dépassée par “Gazzetta Piemontese”, qui en 1895 est devenue “La Stampa”.

Entre-temps, en 1878, “Il Messaggero”, lancé par Luigi Casana, est né à Rome. Il a visé la chronique de la ville, les rapports des procès qui ont ému le public, ainsi que les romans de l’annexe. En 1883, “La Tribuna” dirigée par Attilio Luzzatto est née. Alors qu’à Bologne, en 1885, naît “Il Resto del Carlino”, à Gênes, en 1886, naît “Il Secolo XIX”, à Venise, en 1887, “Il Gazzettino”.

L’expérience de Dario Papa à la tête du journal milanais “L’Italia”, inspiré par le New York Herald, est vouée à l’échec. Papa vient de rentrer de son voyage à New York et veut réaliser une révolution technique en termes de mise en page et de contenu : des titres sur deux, trois et même sur les cinq colonnes de la une, où il place toutes les nouvelles du moment. En 1890, il est contraint de quitter la direction du journal.

Le choix de la politique coloniale – sous le règne d’Umberto Ier – et des gouvernements dominés par Crispian a eu une influence considérable sur la presse. À Naples, en 1892, “Il Mattino” a été fondé par Edoardo Scarfoglio. Dans le débat politique sur le colonialisme, on observe des attitudes contrastées entre les grands journaux du Nord et les journaux plus agressifs de Rome et du Sud.

“Il Secolo”, “Il Corriere” et “La Stampa” considèrent l’expansionnisme colonial comme un mauvais choix d’un point de vue économique. “La Tribuna” et “Il Mattino” soutiennent la politique coloniale. En 1896, le parti socialiste a mûri le besoin de doter son parti d’un journal : c’est ainsi qu’est né “L’Avanti !” dirigé par Leonida Bissolati. La cause principale de la chute finale du gouvernement Crispi est la politique coloniale désastreuse : à Adua, le 1er mars 1896, l’armée italienne est exterminée. Le gouvernement Di Rudinì a remplacé Crispi et a intensifié les interventions gouvernementales dans la presse.

Le journalisme et les bouleversements du début du siècle

En 1898, des émeutes ont éclaté dans différentes villes d’Italie en raison de la forte hausse du prix du pain. À Milan, le général Beccaris exige et obtient la proclamation de l’état de siège et réprime les émeutes à coups de canon. Par un simple décret, il ferme une douzaine de journaux et envoie un groupe d’hommes politiques et de journalistes devant le tribunal militaire (Turati en fait partie, en 1892, le parti ou l’association socialiste italienne est née à son initiative). Parmi les journaux touchés, on trouve “Il Secolo” et “L’Osservatore cattolico”. Les convictions de trois rédacteurs en chef et la fermeture prolongée de “Il Secolo” ébranlent le monde du journalisme. Cela implique quelques changements de direction : “La Stampa” passe sous la direction de Frassati et en 1898 Oliva prend la place de Torelli en direction du “Corriere”.

En 1898, les journaux interdits réapparaissent, dont “Il Secolo”. Luigi Pelloux est devenu le nouveau Premier ministre, qui a préparé un projet de loi limitant les libertés publiques et constituant une menace sérieuse pour la presse et le journalisme. La peine pour les crimes commis dans la presse sera augmentée. La gauche s’oppose aux lois d’exception avec l’arme de l’obstructionnisme. Pelloux tente de suivre la voie du décret-loi, mais cette initiative lui fait perdre le soutien de nombreux libéraux constitutionnels, tels que Zanardelli et Giovanni Giolitti. Ses jours sont désormais comptés, il ne lui reste plus que l’arme des élections anticipées.

Le climat est ressenti par un jeune auteur et journaliste, qui est le secrétaire de rédaction du “Corriere della Sera” depuis quatre ans. Il s’appelle Luigi Albertini qui, lorsque la nouvelle est arrivée que le roi ait dissous la chambre, a remplacé l’article d’Oliva, dans lequel il soutenait le travail de Pelloux, par un article intitulé “Un regard sur le passé” : il s’agissait d’une critique de Pelloux pour ses deux années de gouvernement. Lorsqu’il lit son journal, Torelli est stupéfait et, après une interview avec Albertini, il démissionne. Le 13 juin 1900, la société Torelli devient la société Luigi Albertini.