Histoire du journalisme italien : la presse de Giolitti à Mussolini

Ce qui voit la période du gouvernement de Giolitti à celui de Mussolini. Pendant les premiers gouvernements, Giolitti, en plus d’avoir à subir l’aversion du “Corriere” et du “Giornale d’Italia”, voit sa position affaiblie également par les incertitudes qui se produisent entre les journaux qui le soutiennent. Ainsi, Giolitti réagit en recourant aux anciennes méthodes, puis la machine à subventionner le journalisme italien se remet en marche.

L’historique du journalisme italien

Un cas exemplaire d’imbrication entre les puissants industriels et les financiers, entre la politique et les journaux est celui de “La Tribuna”. Le journal le plus répandu dans la capitale est en crise depuis plusieurs années et pour sa survie, un groupe de financiers se forme qui comprend la banque commerciale, la Banque d’Italie et le Banco di Roma et divers industriels de l’acier, tandis que Giolitti choisit son directeur, Olindo Malagodi.

Un autre changement important concerne le “Siècle”. Edoardo Sonzogno vend le journal et l’imprimerie à condition que celui qui l’achète reste fidèle à ses idéaux politiques (Sinistra). Les acheteurs sont Giuseppe Pontremoli et Luigi Della Torre. La direction politique est confiée à un vieil homme de Garibaldi, Edoardo Pantano, tandis que la facture du journal est adressée à Mario Borsa, qui juge approprié une implication moins politique du journal et veut le rendre plus facile à lire, varié et informatif.

Le choix de Pontremoli (qui en pratique dirige le journal, et le fera officiellement depuis 1911) prévaut, à savoir concurrencer le “Corriere”, visant le même public. Cependant, la tentative de Pontremoli a échoué et le “Siècle” a trouvé un peu de répit financier lorsque ses propriétaires ont acheté le “Messaggero” en 1911 et ont fusionné les deux directions.

Histoire du journalisme italien : la création de la presse de Giolitti

Entre 1908 et 1911, divers périodiques nationalistes ont été publiés, qui combattaient le mouvement socialiste et s’opposaient au journalisme italien Giolitti. C’est en 1910 qu’est fondée l’Association nationaliste italienne, à laquelle D’Annunzio appartient également et, en 1911, l’hebdomadaire le plus important de ce mouvement est publié à Rome : “L’Idea nazionale”.

A un certain moment, alors que la décision du journalisme italien Giolitti de déclarer la guerre à l’empire turc pour la conquête de la Libye arrive à maturité et que les journaux qui le soutiennent (Giornale d’Italia, Il Mattino, Il Secolo XIX, Stampa et Tribuna) obtiennent des résultats de diffusion importants, Albertini avec le “Corriere” se joint au chœur et devient le leader : l’insigne du “Corriere” est en troisième page et c’est Gabriele D’Annunzio qui, avec ses Canzoni d’Oltremare, envahit le pays.

Un autre grand dispensateur du mal africain est Edoardo Scarfoglio qui, lorsque les pourparlers de paix avec la Turquie commencent, lance des accusations de trahison. Le journalisme italien “L’Avanti !” est accusé d’être turc pro-turc car il est le seul à souligner les défauts de la conduite de la guerre.

Histoire du journalisme italien : Mussolini et “l’avant” !

Depuis 1912, le rédacteur en chef du journalisme italien “L’Avanti !” est devenu Benito Mussolini et, sous sa direction, le tirage du journal a augmenté. “Il Corriere” est toujours en tête, suivi par “Giornale d’Italia”, “Tribuna”, “La Stampa” et “La Gazzetta del popolo”. Alors que le “Morning” s’assure la première place parmi les journaux du Sud.

Le rôle joué par le journalisme italien pendant la période de neutralité proclamée par le gouvernement Salandra est d’une importance considérable : le choc entre neutralistes et interventionnistes a lieu d’abord dans la presse, puis dans la rue.

A Milan, en 1914, Mussolini fonde un journalisme italien”Il Popolo d’Italia”. Il radicalise la lutte contre les neutralistes, qu’il qualifie de défaitiste et d’incertaine. Ils sont pour l’interventionnisme “Il Corriere”, “La Gazzetta del Popolo”, “Il Resto del Carlino”, “Il Giornale d’Italia”, “Il Messaggero” et “Roma”. Alors que dans l’interventionnisme il y a un volet démocratique dont “Il Secolo” et le “Gazzettino” font partie. Au contraire, le camp neutraliste peut compter sur le soutien de “La Stampa”, “La Tribuna”, “La Nazione” et “Il Mattino”.

Le journalisme italien et le temps de la guerre

Le 23 mai 1914, alors que l’annonce de la guerre était imminente, un nouveau décret interdit au journalisme italien de donner des nouvelles autres que les communiqués officiels. La guerre s’est avérée plus longue et plus sanglante que prévu, les commandements ont donc réalisé l’importance de la presse sur le front intérieur et aussi dans les tranchées.

Les correspondants de guerre sont chargés de donner une vision optimiste de la guerre, ce qui entraîne un blocage du développement. Le journalisme italien est en crise : très peu d’entreprises ont atteint une situation solide. Parmi eux, le “Corriere” et aussi “La Stampa” se distinguent. Pontremoli et Della Torre donnent le “Messaggero” aux frères Perrone, qui sont déjà propriétaires du “Siècle XIX”. La Tribuna”, “Il Mattino”, “La Nazione” et “Popolo d’Italia” se sont également trouvés dans une situation difficile, tandis que “L’Avanti !”, après la baisse de diffusion enregistrée au début de la guerre, s’est redressé.

Malgré cela, le journalisme italien de la première année de paix, bien que contraints de sortir à quatre pages en raison de la pénurie de papier, sont plus vivants.

Le retour de Giolitti au gouvernement en 1920 est accueilli sans grande hostilité par les journaux, mais l’attitude neutre adoptée par Giolitti face à l’occupation des usines et les mesures économiques qu’il propose suscitent à nouveau une large coalition d’opposition politique et journalistique.

Le journalisme italien et le fascisme

En 1921, 29 bureaux de journaux ont été attaqués par des équipes fascistes et l’autorité publique n’est pas intervenue. C’est un chapitre sombre de l’histoire du journalisme italien. C’est la phase dans laquelle le fascisme est considéré comme le seul moyen de rétablir l’ordre. Dans cette phase, “Il Corriere”, dirigé par Alberto Albertini (parce que Luigi était à Washington), “Il Giornale d’Italia” et “Secolo”, soutiennent le fascisme ; ce n’est qu’à la fin de 1922 qu’ils avertissent que le jeu est désormais entre les mains de Benito Mussolini qui, entre-temps, est arrivé à Rome et que le roi (Vittorio Emanuele III) lui confie la tâche de former le gouvernement.

Dans les premières semaines du gouvernement de Mussolini, les premières pages du journalisme italien sont coupées politiquement. Ce sont seulement les organes de l’opposition socialiste, communiste et républicaine qui réagissent au fait accompli. Pourtant, les intentions exprimées par Mussolini apparaissent clairement dans les trois articles publiés dans le “Popolo d’Italia”, dirigé par Arnaldo Mussolini. Le premier article traite du problème de la gestion, le deuxième celui de l’enlèvement et le troisième celui de la censure.

L’arrêté royal menace la liberté du journalisme italien

Il s’accompagne du décret royal annoncé par le gouvernement et contresigné par le roi : un signal très sérieux pour la liberté de la presse. L’article 1 prévoit que le directeur doit être le rédacteur en chef ou l’un des rédacteurs en chef principaux ; l’article 2 donne aux préfets le pouvoir d’avertir le directeur et, après avoir entendu l’avis d’un magistrat et d’un journaliste, de le déclarer inapte. “Il Corriere” et “La Stampa” prennent clairement position contre le décret royal et Albertini écrit : “Les mesures de Pelloux étaient moins graves”.

La Fédération de la presse réagit de manière décisive, en votant un document rejetant l’arrêté royal. Une délégation se rend chez Mussolini, qui répond par des assurances vagues mais relaxantes. Mussolini emprunte alors d’autres chemins : enlèvements, agressions et intimidations de journalistes.

“Il Secolo” passe par une opération mise en place par Arnaldo Mussolini et le nouveau directeur est le nationaliste Bevione. Bergamini est remplacé par Vettori ; Malagodi par Giordana, une pro-fasciste. La presse catholique soutient le gouvernement.

Don Sturzo a réagi en fondant “Il Popolo” à Rome, un organe du parti populaire qu’il avait fondé et quitté l’Italie. Donati le remplace donc, qui continue à lutter contre le fascisme.

Le journalisme italien et la naissance de l’Unité

Né en 1924 à Milan, dirigé par Pastore, l’organe du parti communiste “L’Unità”. Dans cette situation, l’affaire Matteotti a explosé, secrétaire du Parti socialiste unitaire, qui a dénoncé les illégalités fascistes au Parlement : il a donc été kidnappé et assassiné à Rome.

L’opinion publique participe intensément à la bataille menée par la presse contre le fascisme et Mussolini. L’augmentation des ventes en est la preuve. La réaction de Mussolini est d’appliquer l’arrêté royal, ce qui aggrave la manière dont il est exécuté : les préfets peuvent saisir les journaux sans avertissement préalable.

La protestation du journalisme italien est forte et plus large que ce à quoi Mussolini peut s’attendre. Lors du Congrès national de la Fédération de la presse, qui se tient à Palerme, l’ordre du jour exige et obtient la révocation du décret royal. A ce moment, Mussolini choisit finalement la solution de la force et c’est en 1925 qu’il annonce l’instauration de la dictature.

Il est décidé de créer l’Ordre des journalistes, auquel il faut s’inscrire pour exercer la profession. Le gouvernement décrète la dissolution des partis d’opposition et la suppression des journaux contre le fascisme. En outre, la loi pour la défense de l’État a été adoptée, qui a introduit la peine de mort. L’histoire de l’Italie semble être liée à l’histoire du journalisme italien.