Commentaire littéraire : “Le son et la fureur”, de William Faulkner

Parmi les livres les plus significatifs publiés par l’écrivain William Faulkner, on trouve : “Le son et la fureur”. Le livre, publié en 1929, raconte l’histoire d’une famille du sud des États-Unis, autrefois riche puis décomposée, les Compsons. De nombreux critiques littéraires considèrent ce roman comme le chef-d’œuvre de Faulkner.

Thèmes abordés

L’auteur, à travers les voix des quatre personnages principaux de l’histoire et en adoptant différents registres narratifs, nous fait comprendre ce qu’était la vie à la maison dans la famille Compson. Pour le titre du roman, “Le cri et la fureur”, William Faulkner s’inspire du célèbre monologue de l’acte V de Macbeth, qui se rapproche beaucoup de la pensée du célèbre dramaturge et poète anglais William Shakespeare. L’auteur donne une description sombre de la vie, qui n’est rien d’autre que l’histoire d’un idiot, pleine de “cris et de fureur”. William Faulkner adopte un récit très proche de la pensée du modernisme européen, s’inspirant d’écrivains du calibre de Virginia Woolf, Marcel Proust et, enfin, James Joyce.

L’auteur, dans le roman, utilise surtout les techniques de dialogue entre les personnages et celle du “courant de conscience”, faisant ressortir au premier plan l’individu, avec ses conflits intérieurs et, en général, ses émotions et ses sentiments, ses passions et ses sensations du moment. Le livre “L’urlo e il furore” est divisé en quatre parties, chacune introduite par une date significative.

Première partie

La première partie du livre Le son et la fureur de William Faulkner est décrite par le frère aîné des Compsons, Benjamin. Il raconte les événements qui se sont déroulés le 7 avril 1928. Le garçon, souffrant d’un retard cognitif, raconte au lecteur les événements relatifs à sa famille, les relations établies avec chacun d’eux, mais en adoptant des plans de temps différents, en passant continuellement du passé au présent.

Le garçon parle du déclin soudain de la famille, en faisant référence à un terrain de golf qui appartenait autrefois à sa famille. Il parle ensuite de la vente ultérieure de toutes les terres de la famille pour payer le collège de son frère Quentin. Il parle de la crise émotionnelle et familiale de sa sœur Caddy, contrainte de s’enfuir de chez elle parce qu’elle porte un enfant conçu hors de la logique du mariage. Enfin, la référence est abordée à l’épisode terrible de sa stérilité provoquée. C’est arrivé parce qu’il avait essayé de violer une fille, ayant été laissé seul à la maison par erreur.

Ses histoires ne suivent pas un fil logique, mais sont néanmoins un témoignage clair de ce qui lui arrivait à cette époque, à lui et à sa famille.

Deuxième partie

Dans la deuxième partie du livre Le son et la fureur de William Faulkner, les faits sont racontés par le deuxième fils, Quentin. Les événements sont datés du 2 juin 1910. Quentin raconte sa relation morbide et obsessionnelle avec sa sœur Caddy. Il raconte son amertume lorsqu’il apprend qu’elle est tombée enceinte sans savoir qui était le père. Néanmoins, il décide de défendre l’honneur de sa sœur à tout prix.

Quentin raconte sa déception évidente lorsque Caddy décide d’épouser un de ses prétendants, Herbert Head. Il lui offre, ainsi qu’à son enfant à naître, une chance pour l’avenir. Il raconte ensuite son dernier désarroi lorsque sa sœur est quittée par Herbert, qui la répudie parce qu’il apprend qu’il n’est pas le père de l’enfant. Le tourment émotionnel et la confusion mentale de Quentin augmentent alors hors de toute proportion. Ce n’est que plus tard que nous apprendrons la fin tragique du jeune homme par le suicide.

Troisième partie

La troisième partie du livre Le son et la fureur de William Faulkner est racontée par son jeune frère Jason. Il rapporte les événements du 6 avril 1928. Jason, contrairement à ses frères, vit de façon obsessionnelle à travers les malheurs de la famille. C’est pourquoi il devient sceptique et profite de la situation. Le jeune homme s’occupe de ce qui reste des membres de sa famille : Benjamin, la mère névrotique et hypocondriaque et Mlle Quentin.

La famille ne dépend financièrement que des efforts de Jason qui, par le biais du chantage, a réussi à convaincre sa sœur Caddy de le nommer tuteur de sa fille. Jason utilise ce stratagème uniquement pour prendre l’argent que Caddy envoie pour soutenir la jeune fille. Mlle Quentin, pour sa part, souffre et s’enfuit souvent de chez elle, ce qui cause pas mal de problèmes à Jason.

Quatrième partie

La quatrième partie du livre Le son et la fureur de William Faulkner est racontée par la gouvernante noire Dilsey. Les événements ont lieu le 8 avril 1928. Dilsey raconte ce qui se passe dans la famille Compson, de son point de vue (de la richesse au déclin).

La gouvernante raconte également son voyage avec Benjamin et ce qui arrive à sa famille lors de la messe de Pâques dans l’église de la communauté afro-américaine. Elle raconte la dépression nerveuse du jeune Benjamin et le départ de Mlle Quentin. Le roman se termine avec Benjamin retraçant le chemin habituel qui le mène chez lui, regardant devant lui avec son regard perdu habituel.

Annexe

Enfin, on trouve un véritable appendice intitulé “Les Compsons : 1699-1945”, qui raconte toute l’histoire de la famille. Les différents personnages du roman sont mis en évidence. Il y a également une brève référence au rôle joué par les domestiques dans la maison des Compsons.

Le cri et la fureur : commentaire de l’opéra

Le son et la fureur de William Faulkner a connu un grand succès tant au niveau de la critique que du public, à tel point qu’il y a eu plusieurs éditions en langue italienne du roman “L’urlo e il furore”. La plus importante est celle publiée par Mondadori. Il est basé sur le livre, le film de 1959 réalisé par Martin Ritt intitulé “The Scream and the Fury”.