Le titre m’avait laissé perplexe ; erreur d’impression ou véritable enquête de Sherlock Holmes ? Pas d’erreur, nous retrouvons bien, une nouvelle fois, le célèbre détective accompagné du Dr. Watson. Le récit se fonde sur un article de journal et les paroles d’un homme roux, qui avait cru trouver la poule aux oeufs d’or : être grassement payé pour recopier les articles de l’encyclopédie, à la vitesse qui lui convient, quelle chance ! Holmes, lui, flaire derrière ce banal fait divers un plan machiavélique qui n’a pas pour but de favoriser les hommes roux dans la société londonienne. Il a raison ; pour changer…


Au fond, quand nous lisons un polar, nous acceptons avec panache de nous « faire avoir » du début à la fin. Lorsque le tout se tient et qu’il n’y a pas de failles dans le scénario, le lecteur y prend même un certain plaisir. Ici, c’est la même chose : titre énigmatique, voire humoristique, indices faibles, trame légère… Mais il n’en faut pas plus pour faire une petite enquête bien menée, intelligente, parfois brillante ; à l’image de Sherlock Holmes. Conan Doyle mêle ici humour, bandits, enquête et naïveté. Le pigeon roux aime trop l’argent pour se douter de quoi que ce soit. Holmes, lui, affirme que ces enquêtes le tirent de son « ennui ». La soif du détective est la même que celle du lecteur : découvrir et s’évader, quitte à le faire dans des lieux assez sombres.

Une citation :

« Je suis allé à mon travail, comme d’habitude, à dix heures, mais la porte était fermée à clef, avec au milieu du panneau un petit carré de carton cloué avec des semences. Le voici et vous pouvez le lire. 

Il nous présente un morceau de carton blanc, de la dimension d’une feuille de papier à lettres. Il était libellé ainsi :

L’ASSOCIATION DES HOMMES ROUX EST DISSOUTE

Le 9 octobre 1890.

Sherlock Holmes et moi-même, nous regardâmes cette brève annonce et, derrière le visage tout marri de celui qui nous la présentait. Enfin, le côté comique de cette affaire l’emporta si bien sur toute autre considération que tous les deux nous éclatâmes de rire. »

Bio rapide et liens :

Né en 1859, Arthur Conan Doyle doit sa célébrité à son détective Sherlock Holmes ou au professeur Challenger.

Médecin, comme le fameux Watson, avant de se consacrer pleinement à la littérature, il s’éteint en 1930 dans le Sussex.

 

Share

Commenter